#NZ3 – De Wanaka au Parc National des Fjords

Nous avions abandonné les glaciers de l’ouest et peu à peu, la région de Wanaka se dévoile : le lac Wanaka tout d’abord d’une beauté époustouflante, des routes en lacets sur les hauteurs des monts et une vue à 360 degrés ; puis le lac Hawea – son voisin. C’est d’ici que démarre l’une des plus célèbres marches, l’Isthmus Peak avec plus de 1300 mètres de dénivelé, près de 16 kilomètres et 6 heures de randonnée avec pour récompense ultime, ce panorama sur les deux lacs et les montagnes.

Hawae Lake

Wanaka bien se tenir !

Les villes d’Albert Town et Wanaka sont les deux plus grosses villes que nous observons depuis notre départ de la capitale économique, Christchurch. Nous ne vous conseillons pas de rester dormir à proximité de Wanaka mais de choisir un hébergement de plein air de qualité et avec une vue imprenable sur le lac : le Glendhu Bay Motor Camp. Ce vaste camping comprend une centaine de places et est situé dans un emplacement de choix, à proximité de la promenade épique de Roy’s Peak (tout aussi compliquée, éreintante mais gratifiante qu’Isthmus Peak), et à quelques minutes d’une autre balade la Diamond Lake et Rocky Mountains. Il vous coûtera 34$ pour un emplacement de deux personnes avec électricité, douche à 1$ les 6 minutes, WIFI payant, accès aux sanitaires et cuisine collective.

Camping Glendhu Wanala

ROY’S PEAK : si vous comptez voyager entre le 1er octobre et le 15 novembre, sachez que la balade est formellement interdite. En effet, nos amis moutons ont choisi ces dates pour mettre bas et étant donné que la balade se fait sur différents champs d’élevage, l’autoroute pietonne très fréquentée de Roy’s Peak est fermée. La route est victime de son succès et devient très passante tout au long de l’année, ressemblant peu à peu à un spot favorisé pour les posts Instagram.

DIAMOND LAKE & ROCKY MOUNTAINS : cette balade vous fera verser quelques gouttes de sueurs pendant environ deux heures de votre temps. Vous montez sèchement vers le premier point d’intérêt : le Diamond Lake – joli mais sans plus, il faudra grimper pour avoir une belle vue de ce lac. Et à partir de là, vous comptez les marches qui vous séparent du sommet. Pas la partie la plus intéressante mais au sommet des escaliers vous arrivez sur un chemin plus calme et à un décor de rêve. Si vous n’êtes pas les plus grands sportifs comme nous, préférez le point de vue sur le lac Wanaka qui est un panorama splendide sur la région. Vous pouvez monter au sommet de Rocky Mountains mais les avis divergent…

Wanaka

Résumé(1)

WANAKA : la ville est très agréable à faire après quelques randonnées. Calme, paisible, presque insouciante, vous avez quelques restaurants, cafés et bars ; des boutiques mignonnes telles que Gifted. Parfaite étape pour refaire le plein au centre commercial local très bien achalandé. C’est ici également que vous verrez le fameux arbre immergé dans le lac glacé. La ville est si fière de cette attraction touristique qu’elle l’a même renommée avec un mot-dièse : #ThatWanakaTree. Ne vous arrêtez pas à la horde de touristes (asiatiques !) qui arrivent, pausent de dos et repartent (ont-ils au moins vu l’arbre ?). L’endroit est vraiment beau et invite au repos.

Wanaka Tree

RIPPON WINERY : situé aux abords de la ville de Wanaka, ce domaine viticole est connu dans la région principalement pour sa vue incroyable sur le lac et ses petits ilots. Rippon Winery propose des dégustations de vin. Ils pourraient s’améliorer sur le rouge : un Gamay et un Pinot Noir beaucoup trop jeune, à l’attaque molle mais nous avons cédé pour un vin blanc original et que nous ne connaissions pas : l’Osteiner, un cépage de cuve allemand. Ce mélange de riesling et sylvaner offre un nez incroyablement fruité et un goût doux dû à son jeune âge.

Rippon Winery

Filons aux Fjords

Quittez la ville de Wanaka (avec regret, mais vous retrouverez sur la route des paysages tout aussi incroyables) pour vous diriger vers votre prochaine étape : les fjords néozélandais. Vous empruntez la vallée de Cardrona, célèbre station de ski de la région. Petite pause obligatoire à l’observatoire de Pisa Conservation Area au sommet de The Crown. Majestueuse vue du haut de ses 1076 mètres, vous avez également un bel aperçu depuis le mont Roaring Meg, un peu plus loin.

Vous arrivez bientôt à Queenstown  et c’est à sa douceur de vivre que vous vous frottez. La ville est la capitale du sport extrême : parachute, parapente, ski nautique ; elle développé tout un réseau d’activités pour les visiteurs locaux et internationaux. Nous recommandons la balade sur les bords du lac qui part du parking de Queenstown Gardens jusqu’au centre ville.

L’hiver, la station revêt des allures de station de ski. Une visite de la ville de Queenstown ne serait complète que si vous goûtiez au burger au Fergburger. Cette institution locale nourrit le flot ininterrompu de visiteurs dans cette charmante ville de bord de lac. Nous avons succombé au Ferg Deluxe, copieux et absolument délicieux (11$) avec une frite pour deux (largement suffisantes en quantité pour partager – 4.5$).

Lorsque vous quittez la ville de Queenstown, prenez la route 6 pour Te Anau. Dès la sortie, vous longez le lac Wakatipu tout en finesse. Bien sûr, les pauses photos sont plus que recommandées sur cette étape. Vous arrivez ensuite à Mossburn puis Te Anau, deux villes sans le moindre intérêt si ce n’est de refaire le plein (essence ou vivres) avant d’embarquer sur la longue route de Millford Sounds. Vous pouvez vous arrêter à Centre Hill, située entre les deux villes, pour un très beau panorama sur une vallée boisée et les montagnes en toile de fond.

Des panneaux indiquent régulièrement que la route est différente en Nouvelle-Zélande et qu’il faut s’octroyer davantage de temps. Nous le confirmons! Depuis le départ, notre plan sur Google n’est pas notre meilleur allié pour l’évaluation du temps de conduite, car nos arrivées sont sans cesse retardées. Nous stagnons, et parfois nous mettons près de deux fois plus de temps pour parcourir les kilomètres. La route de Te Anau à Milford Sound en est l’un des exemples : 121 kilomètres que nous devrons faire en 2H à 2H30. Nous vous conseillons de parcourir une bonne partie de cette longue route et de loger dans l’un des centres gérés par le département de conversation (DOC) car les croisières les plus agréables partent tôt le matin depuis Millford Sounds.

MIRROR LAKES : Un petit arrêt rapide et agréable sur un sentier balisé (passerelles en bois) pour apercevoir les monts se réfléchir sur la surface de l’eau. Conditions météo exceptionnelles requises pour avoir la parfaite photo : beau temps, aucun vent, et sans plaque de vase au milieu. Petite boucle de 10 minutes.

LAKE GUNN WALK : Vous avez accès à cette petite balade depuis le camping de Cascade Creek que nous recommandons. Balade en boucle d’une quarantaine de minutes à travers une végétation dense, humide et figée. Vous débouchez sur le panorama des rives du lac. Calme et apaisant. Vous vous sentez l’âme d’un explorateur arrivant en terres inoccupées.

Processed with VSCO with f2 preset

THE CHASM : Vous entendez le torrent depuis le parking où vous pouvez même apercevoir des kéa, oiseaux endémiques de la Nouvelle-Zélande. Une promenade d’une vingtaine de minutes en boucle pour admirer l’impressionnante chute d’eau qui par sa force a sculpté les roches voisines.

A l’abordage de Millford Sounds

Nous avons à notre arrivée comme une impression d’être arrivés au bout d’un monde. Pour rejoindre cet endroit isolé,  il vous faut près de deux heures de route (121 km) depuis Te Anau. La route est incroyable mais ce sont vraiment les trente derniers kilomètres qui sont à couper le souffle. A votre arrivée un large parking gratuit vous permet de garer votre véhicule et de là vous rejoindrez en quelques minutes à pied l’embarcadère principal qui regroupe les différents croisiéristes.

Millford sound

Nous sommes partis avec la compagnie Jucy qui dispose de bateaux imposants et à un prix défiant toute concurrence : 45 dollars par personne une croisière de deux heures avec boissons chaudes incluse et un petit snack. Quand on sait que les concurrents font le même itinéraire, à bord des mêmes ferrys et pour le double du prix…

Le fjord de Millford fait près de seize kilomètres de long et fait partie du Parc National de Fjordland qui couvre une surface de plus d’un million d’hectares. Il y pleut beaucoup : chaque année la zone récolte 6813 mm de précipitations (soit dix fois plus que la moyenne de Paris) sur plus de 182 jours par an.

Les lieux ont été découverts par John Grono, un chasseur d’otaries en 1823. Il lui a donné le nom de Millford Haven en hommage à son lieu natal situé au Pays de Galles. On dit que l’explorateur James Cook est passé à maintes reprises devant le fjord mais ne l’a jamais découvert du fait de l’effet d’optique de l’ouverture du fjord qui fait croire à une façade montagneuse infranchissable. Le personnage clé de Millford est Donald Sutherland, le premier colon à habiter la région et à bâtir quelques baraques. Il a également construit un bâtiment de douze chambres, le premier hôtel de Milford Sound. Pendant plus de quarante ans, Donald arpentait les belles eaux du fjord, il a d’ailleurs fait lui-même des découvertes, comme cette cascade d’eau de 580 mètres de hauteur.

Le fjord a développé une faune incroyable : dauphins, otaries, pingouins (on ne trouve le pingouin Tawaki qu’à Milford Sound). Votre bateau fera quelques arrêts au cours de votre croisière pour profiter de la vue de ses habitants incrédules.

Le navire fera également d’autres arrêts à proximité immédiate des cascades : l’une des plus poétiques, celle que l’on appelle le voile de la mariée « Bridal Veil », alimentée par les pluies. Son débit varie et l’eau de la cascade ressemble à une voilure prise dans les effets du vent. Poétique.

Bridal Veil

La cascade de Stirling vous arrosera de toute sa puissance, un conseil : sortez couverts (ou découverts comme certains sur le bateau).

Côté logement, le Parc National est doté de plusieurs campings gérés par le DOC (Department of Conservation). Le plus souvent, ces aires sont assez bien aménagées : c’est propre, les emplacements sont beaux. Côté infrastructures, c’est rudimentaire : toilettes sèches, coin cuisine non équipé et parfois on a des bidons d’eaux à disposition. Il faut rédiger les informations nécessaires à l’entrée du parc et donner l’argent dans l’urne. Des rondes régulières de « rangers » viennent vérifier que vous vous êtes acquittés du droit d’entrée : entre 8 et 13 dollars la nuit et par personne.

  • Cascade Creek Campsite : 120 emplacements sans électricité (13$/nuit/personne)
  • Deer Flat Campsite : 3 emplacements sans électricité (13$/nuit/personne) l’endroit est adoralbe avec une vue incroyable sur les montagnes et un cours d’eau.

Deer Flat

C’est par là si tu veux voir la suite : Traversée de l’île d’ouest en est

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s